Découverte,  Freie Universität,  Visites

Journées d’orientation – Orientierungstage

Des journées d’information

Mercredi 2 octobre, j’ai découvert pour la première fois les bâtiments de mon nouveau lieu d’études. Le campus de la FU (Freie Universität) est si étendu que l’on peut aisément s’y perdre, ce qui me change des petits bâtiments de Sciences Po éparpillés dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés. Durant cette journée, nous avons pu en apprendre plus sur le déroulement des cours et du semestre, et les principales associations de l’université se sont présentées dans l’amphithéâtre Max Kade (avec un flash-mob mémorable à la fin de la présentation).

Vue du ciel du campus principal (Silberlaube). Le bâtiment circulaire au centre de la photo est la Philologische Bibliothek ; l’illustration de l’article est une photo de l’intérieur de celle-ci.
Source : berlin.de

Petit point historique sur la Freie Universität. L’université a été fondée le 4 décembre 1948 par des étudiants, des chercheurs et des scientifiques, avec l’aide des forces alliées américaines et plusieurs personnalités politiques de Berlin. La FU a été créée parce que certains étudiants de l’université est-allemande Unter den Linden (aujourd’hui la Humboldt Universität) critiquaient le régime soviétique et y étaient donc persécutés. Les fondateurs de la FU souhaitaient que l’université soit un lieu où chacun est libre d’étudier et de faire de la recherche, sans aucune influence politique, d’où le nom “université libre” (frei = libre). Ses valeurs : vérité, justice et liberté.

Logo de la Freie Universität, où les trois valeurs sont écrites en latin

Vendredi 4 octobre, nous avons eu le droit au “Campus Tour” de l’université. Pour rendre la visite du campus faisable et pertinente, les étudiants ont été regroupés selon leur domaine d’études, et je me suis donc retrouvée dans le cortège des sciences politiques (Politikwissenschaften). Eh bien les amis, sur une quarantaine d’étudiants internationaux dans ce domaine, nous étions presque vingt français. Il faut croire que Berlin est très dépaysant !

Comme nous étions trop nombreux pour visiter le campus, nous avons été à nouveau séparés en trois groupes. Je me suis retrouvée dans le groupe guidé par une jeune fille n’étudiant pas les sciences politiques – et par conséquent, ne connaissant pas ma faculté, l’Otto-Suhr-Institut (OSI) – et qui nous a affirmé dès le début de la visite qu’elle avait un très mauvais sens de l’orientation. Autant vous dire que cette visite du campus m’a plus perdue qu’autre chose, mais c’était quand même l’occasion de rencontrer mes camarades et de s’amuser à retrouver le chemin à l’aide de Google Maps.

Petit point historique sur l’Otto-Suhr-Institut : l’OSI est la faculté de sciences sociales et politiques de la FU (donc là où je vais passer la plus grande partie de mon temps). Elle est localisée dans des bâtiments au passé assez controversé : sous l’ère nazie – donc avant l’existence de la FU – l’un des bâtiments servait à la recherche en génétique afin de soutenir les thèses eugénistes répandues par le régime hitlérien. C’est pour cela que l’OSI propose de nombreux cours sur le nazisme, le colonialisme et l’antisémitisme.

Quelques escapades pour visiter Berlin

Même si l’hiver approche à grands pas – disons qu’il est même déjà là – j’ai tenu à sortir pour visiter Berlin, profitant des quelques heures de soleil par-ci par-là.

Le jeudi 3 octobre, c’est la fête nationale allemande qui célèbre la réunification du pays (Fest zum Tag der Deutschen Einheit). Pour ceux qui ne le savaient pas, ils ne la fêtent pas le 9 novembre – date à laquelle le mur est tombé – car cette date correspond également à la Nuit de Cristal (1938), où de violents pogroms anti-juifs ont eu lieu dans tout le pays. Plus concrètement, la Fest zum Tag der Deutschen Einheit s’est déroulée sur quatre jours, du jeudi au dimanche, avec des concerts organisés le long de la promenade derrière la Brandenburger Tor, le tout sous un aspect un peu forain (attractions pour les enfants, food trucks…).

Chloé, une de mes colocataires, et moi, devant le Reichstag durant le Tag der Deutschen Einheit (3 octobre)

J’ai passé le week-end avec mon copain, Itagiba, qui est venu me rendre visite. Je l’ai emmené à la Brandenburger Tor pour qu’il puisse voir les festivités et nous avons également profité du beau temps de dimanche pour nous balader dans Kreuzberg et Friedrichshain, mes deux quartiers de prédilection.

Street art à Warschauer Strasse, Friedrichshain

Il ne me reste maintenant plus qu’une semaine de repos avant le début des cours !

One Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.